Skip to content

Les perturbateurs d’assemblées

Pourquoi leur laisser autant de place? 

La situation n’a rien d’exceptionnelle et affecte une bonne majorité de copropriété.  À chaque assemblée générale annuelle, un copropriétaire, toujours le même, monopolise les débats : commentaires souvent non constructifs, reproches, répétition des mêmes questions à tous les points de l’ordre du jour; bref un éternel insatisfait qui adore s’écouter parler!

Conséquences, vos assemblées s’éternisent, il est difficile de passer au travers de l’ordre du jour, les propriétaires se désintéressent et ne viennent plus ou quittent avant la fin, personne ne veut occuper le poste d’administrateur ou de président d’assemblée.

Bref, le « perturbateur » atteint son but et fini à la longue par paralyser la copropriété.

Pourtant, il est possible et relativement facile d’encadrer ce ou ces copropriétaires problématiques.

Voici la méthode à suivre :

Avoir un président d’assemblée ferme.

          En effet, ce rôle ne doit pas être dévolu à la légère.  Il est nécessaire d’avoir quelqu’un qui connaît son rôle et qui est capable de tenir une assemblée et de se faire respecter.  Le président d’assemblée doit s’assurer du respect de l’ordre du jour et interdire tout propos hors d’ordre.  Oubliez donc le copropriétaire trop gentil qui veut faire plaisir à tout le monde et qui ne veut heurter les sentiments d’aucun copropriétaire.

Il est même possible, si vos règlements le permettent, de faire appel à un président externe expérimenté qui mettra les perturbateurs au pas. 

          Il est également possible si votre déclaration de copropriété exige que le président d’assemblée générale annuelle soit un copropriétaire, de modifier ce règlement à la simple majorité ou encore de donner à ce président externe une procuration d’un copropriétaire.

Un président ne devrait jamais tolérer les insultes, attaques, menaces ou tout comportement indigne d’un copropriétaire.  Ce comportement doit être banni.

          De même, tout comportement violent devrait mener à l’expulsion du copropriétaire fautif.

Adopter des règles sur le déroulement d’assemblées.

          Ces règlements pourront notamment limiter le nombre d’interventions ou la durée de celles-ci et imposer des sanctions aux copropriétaires qui décident de les transgresser.

          Que votre assemblée soit en présentiel ou de manière virtuelle, les règles et solutions demeurent les mêmes.

Me Marie-Cécile Bodéüs

Partager sur les réseaux sociaux
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Speedcondo locataires